Des monnaies carolingiennes trouvées dans le lit de la Loire, entre Ancenis et Oudon

Por Yves SAGET y Loïc MÉNANTEAU. Arqueólogo y geógrafo.
24/10/04

Parmi les nombreux souvenirs que la Loire a conserves de ses riverains d’autrefois et des marins qui ont jadis fréquenté son cours figurent également des monnaies, abandonnées au gré des courants sur les gréves ou le long des duits (fig. 5). Celles-ci peuvent être, bien entendu, d’époques et d'origines tres diverses et, durant l’eté 2000, sur un banc de sable en aval de Nantes, on a par exemple "repeché” pêle-mêle avec des monnaies plus recentes, des tiers de sous mérovingiens du VIIIe siécle et des deniers carolingiens du IXe, mais aussi un demi-dinar andalou et cinq monnaies castillanes ditos morabetinos alfonsies, du debut du XIIIe siécle (1). Ce sont d’ailleurs d’autres deniers carolingiens, recueillis par la suite entre Anconis et Oudon, dont nous allons maintenant dresser le catalogue (2).

Artículos Artículos Artículos Artículos Artículos
Le denier, rappelons-le, est une monnaie d’argent qui valait á l'époque romaine 1/12e du sou d'or, ou solidus, creé en 310 par l'empereur Constantin. Réintroduit en Occident vers la fin du VIIe siécle aprés être resté pendant longtemps une simple monnaie de compte, il est au contraire devenu sous les Carolingiens, du fait de la disparition de la frappe de l’or, la seule monnaie en usage, si bien que sa fabrication est désormais très strictement réglementée par le pouvoir. On voit par exemple ici qu'à partir de l’hiver 793, Charlemagne a fait retirer de la circulation un premier denier hérité de son père et qui pesait 1,15 gr à la frappe, pour le remplacer par un nouveau denier d'un type monétaire très différent et d'un poids initial d'environ 1,55 gr dont ses successeurs s’inspireront ensuite pendant plus d'un siècle. Des modifications typologiques apparaissent toutefois, dès le début des invasions vikings, sur les nouvelles espèces créées pour subvenir alors aux besoins de la défense : ainsi les deniers "au baptistère", émis par Louis le Pieux au lendemain des premiers raids scandinaves sur Noirmoutier et la côte vendéenne, ne portent-ils plus cette fois au revers le nom de l’atelier monétaire mais une légende, XRISTIANA RELIGIO, qui sonne ici comme une proclamation. Plus radicale encore sera la réforme entreprise par Charles le Chauve aprés la grande crise des années 856-862. Contraint de reconstituer au plus vite un stock monétaire très amoindri par les différents tributs (ou danegelds) avec lesquels il faut sans cesse, désormais, acheter le départ de l’envahisseur, ce roi procède en effet, par l’Edit de Pîtres du 25 juin 864, à une refonte générale de toutes les monnaies existantes et fait frapper pour les remplacer de nouvelles pièces dont on peut voir ici qu'elles se distinguent des precedentes par la légende GRATIA DI REX entourant au droit le monogramme royal et par la présence de la croix pattée au revers, avec le nom de l’atelier. Il faut du reste ajouter que la fabrication de ces nouvelles pièces a mobilisé au total cent trente ateliers, ce qui s’explique bien entendu par l’ampleur des besoins, mais sans doute aussi par la nécessité de réapprovisionner très rapidement en liquidités toutes les régions qui subissaient alors l’assaut des Vikings. On constate ainsi qu'un bon tiers de nos deniers trouvés en Loire provient des ateliers de Melle, dans les Deux-Sévres, qui sont alors particulièrement actifs grâce à la présence aux alentours des nombreuses mines de plomb argentifère auxquelles la cité doit d’ailleurs son nom originel de Metallum (ou de Metullo). C'est le cas notamment des pièces de Charles le Simple, que leur poids très faible incite à dater d'après 910, alors que leur type monétaire évoquerait plutôt celui des premières émissions de Charles le Chauve.

Enfin, il y a, parmi tous ces deniers, trois autres monnaies (3) qui nous rappelleraient, s'il en était besoin, l’omniprésence en Loire du danger viking pendant toutes ces années. Deux d’entre elles sont en effet des dirhams d'argent (4), émis respectivement en 814 et en 852 par les émirs de Cordoue (5) et que les Vikings ont vraisemblablement rapportés d’Espagne en 862 après avoir en effet, deux ans plus tôt, sous la conduite de leurs chefs Björn et Hasting, écumé toute la côte méditerranéenne depuis Algesiras jusqu’à Pise. Quant à la dernière, trouvée en face de Champtoceaux, c'est un très rare penny du prince saxon Ethelwald, un cousin du roi du Wessex Edouard l’Ancien à qui il disputa le trône vers 900 et qui semble avoir du moins réussi, avec le soutien de l’armée danoise établie dans le pays, à se faire proclamer un temps roi de Northumbrie avant d'être battu et tué en 902 à la bataille de l’Holme (6). Les monnaies d'Ethelwa1d ont, bien entendu, très peu circulé et, si celle-ci s'est retrouvée là, c’est très probablement grâce à des Danois chassés d'Angleterre après 902 et qui seront ensuite venus chercher fortune dans l’estuaire de la Loire en profitant, dans les années 910, de la récente disparition du duc bretón Alain le Grand (7).

CATALOGUE

NB : D = Droit R = Revers

CHARLEMAGNE (768/814)

1. Denier (fig.1.1)
D/CARO/LVS en deux lignes
R/ + ANDE en monogramme, A pris dans le N et E dans le D - 13 globules
Type primitif, hérité de Pépin le Bref,
frappé à Angers dans les années 771/793
Poids : 1,15 gr - Module : 1,8 cm

2-3. Deniers (fig 1.2)
D/ + CARLVS REX FR
Croix pattée
R/ + METVLLO
Monogramme Karolus
Type frappé à Melle à partir de l’hiver 793
2 ex. - Poids : 1, 20 gr - Module : 2 cm

LOUIS LE PIEUX (814/840)

4. Denier (fig. 1.3)
D/ + HLVDOVVICVS IMP
Croix pattée
R/META/LLVM en deux lignes
Type frappé à Melle (vers 819/822)
Poids : 1,40 gr - Module : 2 cm

5 à 13. Deniers "au haptistére" (fig. 2.1)
D/ + HLVDOVVICVS IMP
Croix pattée cantonnée de 4 globules
R/ + XRISTIANA RELIGIO
Baptistère à quatre colonnes orné d’une croix centrale
Ateliers indetermines (8) (vers 822/840)
9 ex. - Poids : 1,40 gr - Module : 1,9 cm

CHARLES LE CHAUVE (840/877)

14 à 17. Deniers (fig. 2.2)
D/+ CARLVS REX FR
Croix pattée
R/ + MET.VLLO
Monogramme Karolus
Type frappé à Melle avant 864
4 ex. - Poids : 1,40 gr - Module : 2,1 cm

18.Denier (fig. 2.3)
D/ + CARLVS REX FR
Croix pattée
R/ + AVRE.LL.ANIS
Porte de ville - Type frappé à Orléans avant 864
Poids : 1 gr - Module : 1,9 cm

19.Denier (fig. 2.4)
D/ + GRATIA D-I REX
Monogramme Karolus
R/ + ANDECAVIS CIVITAS (9)
Croix pattée
Type dit de l’Edit de Pitres
frappé à Angers entre 864 et 875
Poids : 0,80 gr - Module : 1,8 cm

20. Denier
D/ + GRATIA D-I REX
Monogramme Karolus
R/ CIVITAS + AVRELIANIS
Croix pattée - Type dit de l’Edit de Pitres
frappé à Orléans entre 864 et 875
Poids : 1,20 gr - Module : 1,9 cm

EUDES (888/898)

21. Denier (fig. 3.1)
D/ + GRATIA D-I RE
Monogramme ODO (avec O cruciforme) integré entre deux croisettes et cantonné entre quatre I
R/+ LIM-VICAS CIVIS
Croix pattée - Atelier de Limoges
Poids : 1,50 gr - Module : 2,2 cm

22. Denier
D/ + GRATIA D-I REX
Monogramme ODO surmonté de trois croix
R/ + ANdECAVIS CIVITAS
Croix pattée - Atelier d'Angers
Poids : 0,90 gr - Module : 2 cm

23. Denier (fig. 3.2)
D/ + GRATIA D-I REX
Monogramme ODO (avec O cruciforme)
intégré entre deux croisettes et cantonné entre quatre I
R/ + CARN?TIS CIVITAS
Croix pattée - Atelier de Chartres
Poids : l,20gr
Module : 2 cm

24. Denier (fig. 3.3)
D/ + GRATIA D-I REX
Monogramme O O surmonté de trois croix
R/ + NAMNETIS CIVITAS
Croix pattée - Atelier de Nantes
Poids : 0,80 gr
Module : 2 cm

CHARLES LE SIMPLE (896/929)

25 à 27. Deniers (fig. 3.4)
D/ + CARLVS REX RR.
Croix pattée
R/ + MET/ALO en deux lignes
Frappé à Melle
Poids : 0,80 gr
3ex. - Module : 2,1 cm

AUTRES MONNAIES DU IXe SIÈCLE

1. EMIRAT DE CORDOUE

N.B. Conformément aux regles édictées en 698 par le calife omeyyade de Damas Abd al-Malik, chacune des deux monnaies qui suivent portent pour tout décor, et sans aucun nom de soverain, des inscriptions sur les quelles se lisent:

- Au droit, l’affirmation de l’unicité de Dieu : "II n'est de Dieu que Dieu ; il n’a pas de partenaire”, avec, sur le pourtour de la pièce, aprés la formule habituelle d'introduction “Au nom de Dieu ¡”, sa datation en toutes lettres, précédée du lieu de frappe (ici : Al Andalous).

- Et, au revers, une autre profession de foi : “Allah est unique, Allah, est éternel ; il n’a jamais engendré ni été engendré et nul n'est égal à lui" (Coran, CXII) avec, sur le pourtour de la pièce, la formule de la mission prophétique : “C’est lui qui a envoyé son messager avec la guidée et la religion de la verit´r” (Coran, IX, 33).

AL-HAKAM Ier (796/822)

28. Dirham (fig. 4.1)
Frappe à Al-Andalous (Cordoue) en 198 de 1'Hégire = 813/814
Poids : 2,03 gr Module : 2,3 cm

ABD AL-RAHMAN II (822/852) ou Mohammed Ier (852/886)

29. Dirham (fig. 4.2)
Frappé à Al-Andalous (Cordoue) en 238 de l’Hégire = 852/853 (soit vers la fin du règne
de l’émir Abdal-Rahman II, qui meurt en effet le 22 septembre 852, soit, après cette date,
au tout début du règne de son fils Mohammed Ier)
Poids : l,36 gr
Module : 2 á 2,2 cm

2. NORTHUMBRIE

AETHELWALD, ROI DE NORTHUMBRIE (900/902)

30. Penny (ou denier) (fig. 4.3)
D/ + AL.VVALD.DVS
Croix cantonnée d’un besant aux 2e et 3e cantons
R/ DNS DS REX en deux lignes
Frappé à York vers 900
Poids : l,20gr
Module : 1,9 cm


NOTES

1. Information publiée dans Détection Passion, no 32 de Janv. Fev. 2001, p. 28-29 : Les morabetinos alfonsies sont des monnaies d'or émises à partir de 1184 par le roi de Castille Alphonse VIII pour financer sa croisade contre la dynastie andalouse des Almohades et dont les légendes, rédigées en árabe, se réfèrent tout à la fois au roi, au pape et à la religión chrétienne. Il n'est d'ailleurs pas impossible, dans le cas présent, qu'elles aient été rapportées d'Espagne en 1212 par des croisés francáis, au lendemain de la victoire de Las Navas de Tolosa.

2. Sources bibliographiques : LAFAURIE, J.: “Numismatique des Carolingiens aux Capétiens”. Cahiers de civilisation médiévale, 13 (1970), pp. 117-137 et DEPEYROT, G.: Le Numéraire carolingien. Ed. Errance, Paris, 1993.

3. Nous remercions ici tres vivement M. François CLEMENT, enseignant-chercheur á l’Université de Nantes, et M. Michel DHENIN, conservateur au Cabinet des médailles de la Bibliothèque Nationale de France (Paris), à qui nous devons respectivement l’identification des dirhams andalous et celle du penny saxon.

4. Si le nom du denier, comme d'ailleurs celui du dinar, est d'origine latine, le nom du dirham est par contre dérivé de celui de la drachme grecque.

5. LÉVI-PROVENÇAL, Évariste: “La conquête et 1'émirat hispano-umaiyade” in Histoire de 1'Espagne musulmane. Paris, G.-P. Maisonneuve & Leiden, J. Brill, I, 1950, 403 p. (espec. pp. 139-225).

6. cf. BLUNT, CE.: “Northumbrian coins in the name of Alwaldus”. British Numismatic Journal, 55 (1985), pp. 192-194.

7. Sources bibliographiques :
CAMPO, Mariano G.: Al Ghazal y la embajada hispano-musulmana a los vikingos en el siglo IX. Ed. Miraguano, Madrid, 2002. 181 p.
CASSARD, Jean-Christophe: “Nominoë. La Bretagne au IXe siècle”. Armen, 19 (février 1989), pp. 20-33.
CUNLIFE, Barry: Facing the Ocean - The Atlantic and its peoples. Oxford University Press, 2001, pp. 482-516.
PICARD, Christophe: L’Océan Atlantique musulman. De la conquête árabe à l'époque almohade. Paris, Maisonneuve et Larose / UNESCO, 1997. 618 p.
RENAUD, Jean: Les Vikings en France. Rennes, Ouest-France, 2000. 126 p.

8. parmi lesquels semble toutefois figurer celui d'Orléans, le plus proche des huit ateliers qui furent alors habilités à émettre ce type de denier (cf. DEPEYROT, op. cit., p. 19).

9. Cette description s'applique d'ailleurs également à l’un, au moins, des deniers trouvés en aval de Nantes, il y a trois ans.

10. Pour DOMINVS DEVS

Comenta la noticia desde Facebook

Comentarios

Para escribir un comentario es necesario entrar (si ya es usuario registrado) o registrarse